Les Neufs Princes d’Ambre – On a la famille qu’on mérite.

 

Les_Neuf_Princes_d_Ambre_Le_Cycle_des_Princes_d_Ambre_tome_1

Pitch :

Carl Corey se réveille amnésique dans un hôpital privé américain où il est enfermé. Poussé par son instinct de survie et son besoin de savoir qui il est, il va s’échapper. Rapidement il découvre qu’il est Corwin, l’un des neufs princes d’ambre et potentiellement en lice pour s’installer sur le trône de la cité. Commence alors pour lui une longue quête pour devenir le roi d’ambre.

Auteur : Roger Zelazny. Auteur prolifique responsable de plus d’une trentaine de romans et d’un nombre élevé de nouvelles (je veux dire, même par rapport aux autres auteurs américains de la même époque.) Il a gagné de nombreux prix : six Hugo (un score tout à fait honorable, Asimov en a par exemple gagné sept), trois Nebula et d’autres (je parlerais un jour des différents prix, c’est intéressant.).

Commentaire :

Alors, tout d’abord, la saga des princes d’Ambre est l’une des plus imposantes de la fantasy. Le cycle écrit par l’auteur comporte dix tomes, plus des nouvelles et deux autres trilogies (commandé par les héritiers de Zelazny) continue l’histoire.

Le premier tome, les Neufs Princes d’Ambre donc pour les deux qui ne suivent pas ce que je raconte, nous fait donc découvrir cet univers si particulier. Relativement court, on y découvre donc Corwin amnésique, qui va bien vite retrouver sa mémoire. Cette amnésie, un procédé dont je ne suis pas friand je dois bien l’avouer, est ici parfaitement utile et justifié dans la narration. En effet, cela nous permet de découvrir Ambre par les yeux de Corwin qui redécouvre lui aussi cet univers si particulier. De plus, Corwin ne reste pas inactif face à son amnésie, dès le début il va tenter de se guérir et surtout, elle représente une vraie menace pour lui, car dans le panier de crabes qu’est sa famille, son état de faiblesse pourrait facilement être la cause de sa mort. Ainsi, tout le début du récit voit le personnage devoir discuter, manipuler et se protéger face à ses frères et sœurs.

Le récit est écrit à la première personne du singulier, utilisant évidemment, le point de vue de Corwin et c’est un personnage qui pense beaucoup. Ce point de vue permet aussi d’éviter de trop être heurté par le statut quasiment divin de Corwin et des autres membres de sa famille (immortalité, force développé, régénération, ce genre de chose.)

En dehors du personnage principal, le gros point fort du récit est le concept même d’Ambre. Ambre est la réalité et tous les autres mondes composant les ombres ne sont que le reflet de celle-ci (notre terre faisant partie de ces ombres.) Ainsi, Corwin et les membres de sa famille se battent pour Ambre et donc la « réalité ».

Bien que je n’en sois encore qu’au premier tome, c’est pour moi une œuvre à lire. Et je vous ferais une petite critique de chacun au fur et à mesure de ma lecture. Une sorte de petit feuilleton d’été quoi.

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *